Le tourisme culturel au service d’une région

Le tourisme culturel rassemble la visite de sites naturels, le tourisme architectural et religieux et les déplacements réalisés pour assister à des festivals et à d’autres manifestations culturelles. Il peut aussi comprendre le tourisme gastronomique, la visite de musées, de monuments, de galeries d’art…

Comment percevoir le tourisme culturel ?

Le tourisme culturel est généralement perçu comme un phénomène socio-économique positif. Il est à même de s’intégrer d’une manière équilibrée avec la nature des lieux, les économies locales et le tissu culturel des territoires. Son idée principale serait que les voyageurs se déplacent pour satisfaire des curiosités culturelles. Pour ce faire, ils adoptent une attitude d’ouverture pour tout ce qui est nouveau, en exprimant un respect total envers la réalité observée. Le tourisme culturel reste difficile à évaluer correctement. Il peut être mesuré à travers des données inhérentes aux entrées dans les musées et le déplacement des touristes vers les villes d’art. Cependant, il n’y a pas de statistiques ni même de produits de référence. Le problème provient du fait qu’il est compliqué de s’entendre sur la conception de la notion de tourisme culturel. Il n’est pas en effet aisé de classer le tourisme culturel tel un segment de l’industrie touristique ayant un espace de consommation circonscrit ou issu d’une offre culturelle spécifique.

Le tourisme culturel et ses atouts

Le tourisme culturel a ses propres stratégies et ses pratiques de consommation. Elles sont peu conventionnelles au regard du reste de l’industrie touristique. Aussi, les images réalisées des lieux, quand elles sont édifiées et validées, ont leur propre vie. Elles ont l’art d’occuper une place certaine, pour s’insérer dans un tissu de relations. Dans la pratique, les endroits spécialement choisis pour des scènes de films ou de productions télévisuelles peuvent changer en des destinations touristiques très prisées. Ce processus amène les collectivités locales à opter pour une stratégie de développement touristique visant à conquérir une plus grande part du marché, au détriment des lieux culturels ou des lieux touristiques traditionnels.

Se former aux divers métiers du tourisme culturel

Pour former de futurs professionnels œuvrant dans le développement du tourisme autour du patrimoine, il existe des formations proposant un cursus en deux ans, accessible aux titulaires d’un Bac + 3. Le Mastère Patrimoine et tourisme culturel donne aux étudiants l’opportunité d’intégrer des métiers du tourisme culturel, du patrimoine ainsi que des politiques culturelles. Une telle formation aborde différentes thématiques telles que la définition d’une stratégie de développement pour un site ou un territoire culturel, l’étude de développement touristique, la proposition de produits touristiques en correspondance avec le patrimoine d’une collectivité territoriale, la gestion d’un projet d’animation du patrimoine, la réalisation d’études d’impact économique… Bref, le tourisme culturel est un secteur très évolutif, basé dans le monde actuel et les débouchés dans le domaine sont nombreux.